Chercher un spot

Entre quelques lettres du nom d'un spot, d'une région ou d'un pays et clique sur un élément de la liste.

Modifie ta contribution

Carpe Diem à Cape Town

1013 vueslire l'article

Cape Town - Afrique du Sud

Carpe Diem à Cape Town

par Frèd le 19.03.2020 - temps de lecture estimé: 4mn

Cape Town

Bien que la compétition du King of the Air venait de s'achever sur l'immense plage de Bloubergstrand, ici c'est tous les jours un énorme show et le niveau est le plus élevé que j'ai vu : j'ai vu passer des missiles au-dessus de moi en mode megakiteloop. Le vent venu d'antarctique est puissant et consistant tandis que les vagues forment de belles rampes, ainsi il faut prévoir son atterrissage à plus de 50 mètres compte tenu des nombreux autres kiteurs. Quant à l'altitude, on monte sans forcer à 15 mètres tandis que les meilleurs atteignent les 30 mètres ! Lors d'un saut, je me suis surpris à ne pas redescendre pendant 3 secondes ! Autre surprise, j'ai croisé en navigation Kevin Langeree, l'un des meilleurs kitesurfers au monde qui prolongeait son séjour après le KOTA. L'une de mes grandes interrogations était les requins : bon, j'ai été vite fixé : dès ma première session j’ai aperçu un aileron... En 2 semaines, j'ai pu l'observer 3 fois. Était-ce le même (??!!). Mais aucune panique sur le spot, a priori, on ne fait pas parti de son régime alimentaire...

Alors oui, l'eau est fraiche : en février 14 degrés. La combinaison est indispensable mais s'il faut faire une exception dans ses destinations tropiques, l'Afrique du Sud le vaut bien d'autant plus qu'avoir Table Mountain en fond de tableau est assez mythique. Pour ceux qui se posent des questions sur les ailes à emporter : perso, je fais 65 kg et j'avais une 8 m2 rallye Slingshot pour 15 jours en février. J'aurais aimé avoir une 6 m2 de temps en temps car ça soufflait vraiment fort. Les prévisions sur Windguru étaient souvent sous-estimées. Les jours sans vent ne durent pas longtemps et donc s'il faut faire des choix, ne pas prendre les grandes bâches.

Cape TownAvec le fameux King of the air : Kevin Langeree

Ce pays a un énorme avantage par rapport à d'autres destinations « Kite » : une multitude de produits touristiques et culturels permettent de varier les plaisirs, de faire une pause (les conditions sont parfois hard et le réveil musculaire du matin peut s'avérer difficile...), de partager des bons moments avec son conjoint, voire de s'occuper en cas de blessures.

On peut visiter le Cap de Bonne Espérance (avec pingouins, phoques et babouins), randonner sur Table Mountain ou à Lion's Head, flâner dans les différents quartiers de la ville, voir Robben Island (site de détention de Nelson Mandela avec évocation de l'histoire de l'Apartheid), s'offrir d'autres sensations extrêmes que le kite (baptême en parapente, plonger dans la cage en espérant voir un grand requin blanc...). Et surtout, il faut se faire une journée dans une réserve pour voir les big five (ce terme désigne les cinq plus gros mamifères d’Afrique du sud). Il y en a à proximité, à 3h de voiture. Bref, ici il existe plein de plans B si le vent n'est pas au RDV.

Hébergements

Cape Town

Avec Internet, j'ai réussi à booker mes différents logements et mes activités. Globalement, le coût rapport qualité/prix est très bon (repas dans les restaurants pour moins de 12 €). Pour le logement, on a régulièrement l'impression d'être surclassé. Et si on fait ses courses alimentaires, on se demande à la caisse s'il n'y a pas une erreur en notre faveur ! Sur Bloubergstrand, il faut essayer de se loger dans un bâtiment le long de la plage : après il ne reste qu'à traverser la route avec le matos et c'est parti !

Y aller

 

Pour les transports aériens, je n'ai pas eu de suppléments sur la compagnie locale Kulula (ou COMAIR) bien qu'il était conseillé de payer en ligne son boardbag (au pire, c'est 30€). Si vous avez un transit à Johannesburg qui dure longtemps : il faut en profiter pour y passer une ou deux nuits et visiter cette ville qui gagne à être connue. Ça évite aussi d'arriver très fatigué sur la destination finale.

Se déplacer

Cape Town

Pour les transports routiers, parfois, les taxis se font rares. En fait, nombreux sont ceux qui recourent à Ubber. Comme je n'ai pas réussi à utiliser ce service à cause d'un téléphone ancien, je me suis orienté vers le réseau de bus locaux (My city). Il suffit de prendre une carte à la station et la charger. Ensuite, on peut aller quasiment partout. C'est un peu plus long mais le prix est dérisoire et on côtoie les sud-africains qui vont au boulot et qui discutent assez facilement avec le touriste. Côté location de voiture, c'est possible naturellement mais sachez que nos voisins britanniques sont passés par là et la conduite à gauche toujours en vigueur !

Cape Town city

Cape Town

Personnellement, j'ai terminé mon séjour sur Cape Town centre et c'était un bon choix. Cette ville est très agréable : les habitants y sont souriants, serviables, très sympas et ils s'attachent à ce que tout se passe bien pour les touristes. On a dû mal à se croire en Afrique car ça doit être le seul pays du continent à avoir des infrastructures dignes des standards nord-américains (routes, aéroports, galeries commerciales), un parc automobile en bon état. Pour l'anecdote, dans un périmètre de 500 mètres, on trouve les concessions Ferrari, Porsche, Audi, Aston Martin et Mac Laren !, un réseau de transport en commun, une police discrète qui ne demande pas d'argent à chaque contrôle. À cela s'ajoutent la propreté de la ville et une prise en compte des problématiques écologiques.

Alors le tableau n'est pas non plus idyllique : les propriétés sont protégées par des barbelés, des clôtures électriques, voire des gardiens : ici, on ne rigole pas avec la sécurité. Même les townships (quartiers pauvres) sont barricadés ! Dans les rues, on croise pas mal de vagabonds. Mais si le développement n'a pas été le même pour tous, il faut reconnaître que le balayeur, le gardien de parking ou le serveur s'attachent à bien faire son travail et avec le sourire! Bref, on sent malgré tout une réelle qualité de vie à Cape Town où les gens se plaisent à sortir, faire du sport, pique-niquer ou tout simplement se promener. Alors cap ou pas Cape...town pour vous? Pour moi, ce fut Cape diem!

L'Auteur : Frèd

 

Frèd a commencé le kitesurf en Guadeloupe en 2002. Fervent adepte du twintip, on peut l'apercevoir l'été sur les plages de Biscarosse enchaîner les sauts sur les vagues. L'hiver il aime partir sur la ceinture des tropiques pour assouvir sa passion des voyages tout en pratiquant son sport favori. Il publie régulièrement sur WhenWherekite sous son pseudo Windy (Colombie, Madagascar, Philippines, Brésil, Venezuela). Actuellement, il séjourne au Gabon.

Envie d'écrire pour ce blog ou de proposer un sujet ? Envoie-nous un message...

1013 personnes ont parcouru cet article. 59 ont réellement pris le temps de le lire, soit 6%.



 
 
 

pour proposer un article

Il suffit d'envoyer ton texte à l'adresse info [@] wwkite.fr.

  • Entre 500 et 1000 mots environ.
  • Les photos d'illustration doivent impérativement t'appartenir.
  • Tu dois être inscrit sur le site.

Si ton texte est retenu il sera publié sur le blog et sur la page du spot concerné.

Contributions & commentaires

Donne ton point de vue sur ce spot

 

L'objectif est de centraliser et d’agréger un maximum d’informations pertinentes sur les spots, essentiellement basées sur le vécu des kiteurs. Ta contribution consolide la connaissance générale des spots. N'hésite pas à participer.

Pour publier tu dois être inscrit et connecté. C'est par ici...

M'identifier ou m'inscrire immédiatement avec Facebookloader

windy

16.03.2020 08:08:02

Peu de contributions sur cette destination alors que ce spot est quand même l’endroit choisi pour l’organisation du King of the air (KOTA), l’une des compétions les plus extrêmes en kitesurf. Atricle spécial Cape Town à venir...

wachich

28.01.2020 10:53:29

Séjour d'une semaine du 18 au 25 Janvier 2020.
4 jours de kite sur la semaine
Je dirai que c'est assez représentatif des stats du spot a cette saison mais les conditions étaient un peu en dessous de nos attentes :o)
Je partais là-bas pour scorer des grosses vagues dans du vent fort.
Au... final, dans les meilleurs jours, nous avons eu du 2 mètres dans les séries et du 25 kts.
Clairement il y a du monde, mais les spots au nord de Cap Town sont en enfilades et les plages assez étendues, finalement ce n'est pas un inconvénient majeur.
Les spots au SO du cap (Scarborough, Witsand) sont juste magnifiques. malheureusement ce jour là l'orientation ne permettait pas de kiter.
Au sujet des poissons... nous n'en avons pas vus, cela ne nous a pas empêché de kiter mais clairement tu y penses quand même. ;o)
L'eau est froide, ce n'est pas une légende, mais la temp extérieure facilite grandement les choses.
Bref, super semaine au global, un peu sur ma faim au niveau conditions, j'y retournerai

keith2000

26.03.2014 15:06:24

There are several excellent areas to kite near Cape Town. Dolphin Beach has steady 20 knot wind in the summer evenings on many of the days. There is a sandy beach to rig. You can do 5km+ downwinders quite easily. Low risk of shark attacks this side (west coast).

Witsands and... Big Bay often have good waveriding conditions.

Muizenberg is a fun onshore spot. Mainly twintipping. Sharks are sometimes spotted here, but none have attacked kiters.

Petites annonces gratuites du kitesurf DEALkites

consultations
0lectures
0classement
de l'article