Chercher un spot

Entre quelques lettres du nom d'un spot, d'une région ou d'un pays et clique sur un élément de la liste.

Modifie ta contribution

Tarifa la furieuse - Trip en andalousie

1695 vueslire l'article

Tarifa - Espagne

Tarifa la furieuse - Trip en andalousie

par Carving le 31.03.2019 - temps de lecture estimé: 4mn

Tarifa la furieuse

Tarifa

« L'aile s'est arrêtée. Elle a semblé hésiter un instant... s'est mise à vaciller comme un animal stoppé dans son élan par un coup mortel. J'ai compris ce qui allait arriver. J'ai choqué la barre à fond et j'ai tout lâché. J'ai vu les lignes se détendre et la 7m s'est mise à dégringoler lentement de son altitude. J'attendais, intranquille, me préparant à l'inévitable tir d'obus qui ne manquerait pas de donner le signal de l'assaut. C'est exactement ce qui s'est produit avec une violence inouïe. J'ai juste eu le temps de tirer sur un arrière pour éviter le crash de l'aile et elle est repartie comme une balle de fusil. J'ai rebondi deux fois sur l'eau avec le twintip aux pieds avant de reprendre le contrôle ».

C'était mon premier rendez-vous avec le Levante ; c'était à peine dix minutes après ma mise à l'eau ; c'était au cœur de cet épisode un peu inhabituel (m'a-t-on dit) de cette fin mars 2019 ; c'était mon premier jour à Tarifa ; c'était - faut-il m'en convaincre ? - une salve de bienvenue au pays furieux du vent fou. J'étais entré dans l'arène et ce n'était pas moi le torero.

J'ai demandé un peu autour de moi si ces 0/40 nœuds étaient la coutume locale ? On m'a d'abord assuré que non mais en ajoutant qu'en mars, le vent pouvait se révéler un poil plus taquin. En quelque sorte, il s'aiguiserait la pointe des cornes avant son entrée sur la scène estivale. Et puis, il y a des zones plus propices à la navigation que d'autres. Quand vous êtes en face de l'hôtel, sur une plage superbe, avec un pote comme seuls représentants de l'humanité, un moment d'euphorie vous fait parfois commettre l'erreur de confondre un champ de mines avec le paradis.

Levante et PonienteIl y a deux vents dominants, side/ side off : le Levante (venant de l'Est) assurément le plus dingue des deux et le Poniente (venant de l'Ouest) réputé plus cool mais générant plus de houle. Quant à la répartition du temps d'expression entre ces deux caïds, il n'y a pas vraiment de règle. Il y a des années à dominante Levante, d'autres plus Poniente... Pour résumer, quelle que soit la saison, vous n'aurez jamais à faire à de gentils alizés mais à deux sbires musclés et rafaleux dont l'objectif affiché est de vous botter le cul. Tenez-vous le pour dit.

Tarifa

Les spotsPour un meilleur confort, oubliez la navigation sur les plages devant les hôtels (entre Tarifa et les hôtels Dos Mares ou Hurricane). Le premier spot où vous aurez plus de chance de trouver un vent "plus régulier" est Valdevaqueros, 10mn à l'ouest de Tarifa. Dans la même direction mais un peu plus loin (30mn) le spot magnifique de Los Canos de Meca (mon coup de coeur). Si le flat avec un vent plus léger a votre préférence, il faudra repartir vers l'Est, direction Gibraltar, pour trouver le spot de Palmones, le Fos-Sur-Mer local. Je n'y ai pas mis les pieds mais, au vu des installations industrielles que l'on aperçoit depuis l'autoroute, ça donne moyennement envie.

L'arrivée à Tarifa : magique !Vous êtes en chemin (un très long chemin depuis la France - encore plus long si, comme moi, vous en avez profité pour découvrir l'Andalousie) pour un des spots les plus connus de la planète. A priori vous savez déjà un peu à quoi vous attendre. Pourtant, arrivant de Gibraltar, la surprise est totale. Jusqu'aux derniers kilomètres la route serpente encore assez haut sur les collines. Et puis, soudain, au sommet du dernier col, dans l'axe exact de la route, surgie la gueule immense d'une éolienne. L'illusion est bluffante. On croirait que la route finit au centre de ses pales. Le ton est donné. Ici le boss, le proprio, le daron... c'est El Ventilator.

La villeSans charme. Bien bétonnée ces vingt dernières années (à l'espagnole, c'est-à-dire sans souci d'esthétique ni d'intégration au paysage). Les restos sont presque tous situés dans la vieille ville. On y trouve moult bars à tapas mais aussi de la succulente viande argentine, à déguster souvent dehors, sous des braseros (les restos disposent rarement d'une salle intérieure: hors saison, prévoir blouson et bonnet).

Impression généraleTarifa m'a laissé une impression mitigée. Une immense plage magnifique, suivie de deux ou trois très belles anses couvertes par un vent punchy. Il y a tout, a priori... Mais aussi un clapot merdique, des vagues un peu en mode chantier, un vent hyper rafaleux et affreusement irrégulier, un temps souvent couvert et frisquet. Certes, l'épisode météo que j'ai connu là-bas et le peu de temps passé ne peuvent pas fonder une conviction. J'en suis tout de même reparti avec l'idée d'un territoire rude et âpre qu'il convient sans doute de mieux connaître pour l'apprécier. L'été c'est un lieu réputé archi-bondé sous un gros cagnard. Je pense que la meilleure période c'est encore le hors-saison, en croisant les doigts pour avoir une météo clémente.

Tarifa

Où séjourner?J'ai passé quelques jours au Beach Hotel Dos Mares. Il propose des bungalows proprets, quasiment sur la plage, bien à l'abri du vent pour 66 € la nuit, petit-déjeuner compris (attention : tarif hors saison). Il dispose aussi d'une petite piscine et d'une salle de sport. Il est installé à côté d'un centre hippique et d'une école de kite. Idéal pour les familles avec enfants ou conjoint non kiteur. Je pourrais ajouter que sa situation sur la plage est parfaite pour les kiteurs aussi mais, ma très brève expérience de navigation sur place n'a pas été probante.

Road trip andalou

Tarifa

Je n'ai vu aucune des prairies bordées de cactus évoquées dans la chanson de Cabrel (La corrida). En revanche, j'ai vu du plastique, beaucoup de plastique (des serres les unes à côté des autres sur des milliers d'hectares) ; des orangers, beaucoup d'orangers (comme une vision d'infini) ; des éoliennes, beaucoup d'éoliennes (des forêts entières là, pour le coup). C'est l'image qui s'impose à moi de retour de ce road trip de 4000 km au départ de Grenoble. Mais aussi des océans d'oliviers, d'immenses plaines herbeuses et vallonnées, des déserts rocailleux et arides... Au final, je suis un poil déçu, je m'attendais à des décors plus enthousiasmants.

Contrairement à toute attente - les voyages sont étonnants pour ça - les étapes m'apportèrent bien plus de beautés et de satisfactions que les paysages : Grenade la rouge, la ville escalier et ses palais de l'Alhambra ; Malaga, la douce, la tranquille, berceau de Pablo Picasso (il faut impérativement dîner à la cervecerias Los Gatos, vous m'en direz des nouvelles) ; Ronda, cet étonnant village perché, coupée en deux par un gouffre vertigineux ; et Séville !... Séville la superbe, la magnifique, la somptueuse... où il est impossible de poser le regard sans tomber sur un monument ou une architecture étonnante. Si vous ne devez voir qu'une seule chose en Andalousie, foncez à Séville... et allez vous régaler des meilleures tapas de la ville au Alfafa. Ambiance garantie.

Tarifa

L'art de vivreMais il y a peut-être mieux encore. À déambuler dans ces coeurs de villes-villages (ville par l'envergure, village par l'atmosphère) vous vous surprenez de la sérénité affichée des gens. Ils marchent comme s'ils savaient que la mort les attend quelque part mais, que justement, elle attend... et attendra sans doute encore un peu... et puis c'est elle qui décidera... alors, dans l'intervalle, ces foules tranquilles ne donnent pas l'impression d'être concernées par la gravité de l'existence. Au contraire, il y a comme un courant joyeux qui transfuse les artères et les venelles. Un sentiment de sérénité, de quiétude, de bienveillance. Pas de racailles, pas de femmes voilées, pas d'agressivité. Tout le monde a l'air heureux de croiser tout le monde, tout le monde parle à tout le monde, tout le monde est tout le monde.

Une amie, compagne de ce voyage, me disait : « l'Espagne c'est la France de la fin des années 70 ». C'est vrai et c'est faux. C'est vrai pour la concorde qui semble y régner. C'est faux tant il est évident que son peuple, et notamment sa jeunesse, est totalement entrée dans la modernité. Les espagnols ont réussi le passage délicat vers le 21è siècle. Pas certain que nous puissions en dire autant (en tout cas sur le plan sociologique).

 

Le jour même du retour au pays, sur une petite route pour rejoindre l'autoroute, on s'est fait arrêter par la Guardia Civil pour excès de vitesse (modernes, je vous dis). 50 € à payer séance tenante pour 82 km/h au lieu des 70 requis. J'ai tenté de charrier un peu le pandore en lui tendant seulement 30 € accompagnés d'un clin d'oeil. Le flic ne parlait pas français ni aucune autre langue. Il m'a pourtant vite convaincu d'arrêter de faire le guignol en mimant le port des menottes. Son regard noir et l'appel au reste de ses collègues ont calmé ma vision par trop idéaliste des autochtones. Gentils au demeurant mais, faut pas faire chier. On pourrait utilement s'en inspirer.

Envie d'écrire pour ce blog ?



 
 
 

pour proposer un article

Il suffit d'envoyer ton texte à l'adresse info [@] wwkite.fr.

  • Entre 500 et 1000 mots environ.
  • Les photos d'illustration doivent impérativement t'appartenir.
  • Tu dois être inscrit sur le site.

Si ton texte est retenu il sera publié sur le blog et sur la page du spot concerné.

Contributions & commentaires

Donne ton point de vue sur ce spot

 

L'objectif est de centraliser et d’agréger un maximum d’informations pertinentes sur les spots, essentiellement basées sur le vécu des kiteurs. Ta contribution consolide la connaissance générale des spots. N'hésite pas à participer.

Pour publier tu dois être inscrit et connecté. C'est par ici...

M'identifier ou m'inscrire immédiatement avec Facebookloader

joffrey

08.04.2019 17:01:48

Je vis à Tarifa depuis le mois de septembre, moi perso je trouve cette petite ville magique et pour rien au monde je ne déménagerais.
J'ai commencé à apprendre le Kitesurf ici, ma seule base en matière de glisse c'était le snowboard et le wake-board, mais pour apprendre le kitesurf à... Tarifa ce n'est vraiment pas évident, à chaque fois je me retrouve embarqué en direction du Maroc et c'est le cas de le dire je rame pour revenir à la plage, je frôle le danger à chaque fois, je rejoins les propos d'Ines, pour débuter ce n'est pas vraiment l'endroit idéal, mais je ne m'avoue pas vaincu je continuerai ;)
Dans l'article vous parlez de l'hôtel Dos Mares, J'y ai séjourné une nuit en août, la nuitée était de 110 euros en pleine saison, l'avantage de cet hôtel les animaux sont acceptés, j'ai un berger Allemand.
J'ai un groupe sur Facebook Tarifa Kitesurf & Logement, toutes les adresses ont été vérifiée, j'ai logé 1 mois dans ma voiture avec mon chien avant de trouver un appartement(rire) si ça peut aider quelqu'un, j'adore cet endroit je ne demande qu'à le faire connaître.

Alicekite

20.06.2016 16:55:11

Spot super pour pratiquer et progresser. Vague et eau plate il y en a pour tout les goût. L'ambiance de la ville est super.
j'ai pris un cours de perfectionnement avec l'école de kitesurf Addict kite school Tarifa.
J'y retrournerai sans hésiter.

ines

22.09.2015 17:08:41

Pas l'endroit pour débuter mais plutôt pour progresser et faire la fête. En été, il y a tellement de kites sur l'eau que c'est très difficile de naviguer et les gens s'emmêlent souvent. J'étais à KTS, école que je ne recommande pas. Voilà, j'ai pas trop accroché, je n'y retournerai... pas de si tôt.

fundanslabrise

09.01.2014 20:30:33

incontournable pour les europeens

Petites annonces gratuites du kitesurf DEALkites

consultations
0lectures
0classement
de l'article